Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

12 janvier 2008 6 12 /01 /janvier /2008 14:35
SIGNEZ ET FAITES SIGNER LA PETITION NATIONALE DES CITOYENS LANCEE PAR  L'INTERSYNDICALE JOURNALISTE 
 
  Pour l'indépendance
    des rédactions !  
 
      www.intersj.info  

Partager cet article

Repost0
12 janvier 2008 6 12 /01 /janvier /2008 09:45
La France demande l'application de la clause de sauvegarde. Il ne devrait pas y avoir de maïs OGM planté en 2008. Espérons qu'il ne s'agit pas seulement d'un "coup préélectoral" remis en cause au lendemain des municipales !

Partager cet article

Repost0
11 janvier 2008 5 11 /01 /janvier /2008 18:39
B. Accoyer favorable aux OGM
B
ernard Accoyer, le président de l'Assemblée nationale et député local UMP, s'est élevé jeudi 10 janvier contre l'avis de la Haute autorité sur les OGM, réclamant que les décisions soient basées sur "de véritable conclusions scientifiques".
"Nous ne pouvons nous satisfaire de tels verdicts d'un comité nommé avec peut-être un peu de précipitation, qui serait l'autorité incontestable", a déclaré Bernard Accoyer.
"J'attends que la France prenne des décisions qui soient fondées sur de véritables conclusions scientifiques et non pas sur des préjugés, une certaine peur de l'avenir", a-t-il ajouté.
Il s'est élevé contre une "remise en cause perpétuelle de ce que nous décidons, de ce qui a été décidé".

A l'inverse L. Tardy, l'autre député local UMP, sur le même sujet, déclare

"Cet avis met en avant des risques et des doutes sérieux, qui devraient amener à l'interdiction provisoire de la culture et de la commercialisation de cette variété de maïs.

  En effet, il apparaît que la culture en plein champ des OGM fasse courir un grand nombre de risques à l’environnement, dont les principaux sont la dissémination sur de longues distances, la résistance chez les insectes et les effets négatifs sur la microbiologie des sols.

  L'avis donné  a été fourni sur la base de considérations scientifiques incontestables. Alors que le projet de loi sur les OGM sera bientôt débattu à l’Assemblée Nationale, il vient à point nommé car il permet de relancer le débat sur des bases objectives et donc en toute honnêteté intellectuelle. 

Et de conclure que si le Président demande l'application de la clause de sauvegarde, il soutiendra cette demande.

Répartition des rôles, tactique délibérée pour jouer sur tous les tableaux, convictions différentes ... il est bien difficile de s'y retrouver dans lespositions antagonistes des deux députés. Remarquez, cela n'a aucune importance puisque N. Sarkozy décide seul de tout !

Bien sûr, la manif de samedi 10 h devant la mairie d'Annecy-le-Vieux est maintenue.

Partager cet article

Repost0
10 janvier 2008 4 10 /01 /janvier /2008 09:17
Après avoir exigé la tête de liste de la gauche, puis avoir donné son accord pour être en 3ème place sur la liste de gauche et être le candidat unique Vert-PS pour la cantonales (gagnable) d'Annecy-Nord Est, T. Billet a accepté de prendre la tête de liste du Modem. Mais le Modem, divisé entre pro et anti Rigaut a échoué à constituer sa liste et T. Billet s'est retrouvé à la tête d'une liste fantôme. Pas grave pour T. Billet, qui finalement va à la soupe et négocie avec Rigaut, entraînant quelques verts avec lui. Comme quoi, il se vérifie que la girouette est éminement écologique !
Nous aurons donc, si les négociations Billet-Rigaut aboutissent, ce qui n'est pas encore sûr :

Deux listes de la majorité présidentielle
- une liste UMP-MPF Hérisson-Tardy
- une liste Nouveau centre  (Rigaut)- UMP(8)-Billet (cas unique en Haute-Savoie et probablement en France)

et la liste de gauche, conduite par Robert SAINT-ROMAIN, liste qui reste ouverte aux verts qui refusent d'aller à la soupe. Cette liste, dans son programme comme dans sa composition (il y aura des écologistes) fera, comme en 2001, du développement durable un pilier de son projet pour Annecy. Car il faut être clair : à aucun moment il n'y a eu de divergence de projet avec T.  Billet. C'est le positionnement personnel de Billet et son égo démesuré qui ont conduit à cette situation. Les lecteurs attentifs de ce blog ne seront pas surpris, je le pressentais dès septembre 2007 (cf article : le dernier caprice de T. Billet).

T. Billet va se retrouver avec les partisans inconditionnels de l'A 41, du tunnel sous le Semnoz ... et de Sarkozy. Quelle belle plaidoirie en perspective pour tenter de justifier tout cela !

Partager cet article

Repost0
9 janvier 2008 3 09 /01 /janvier /2008 17:44
Pour votre information, La société DNL Sévier (74) filiale à 100% de la société Interforum Editis (groupe EDITIS, Actionnaire Wendel) ont décidé de transférer les activités du site de DNL Sévrier vers le site DNL Distribution à la Merlatière(département 85 Vendée)
conséquence projet de fermeture du site sur Sévrier(74)

Un projet de licenciement économique et un plan de sauvegarde de l'emploi (!)

Nombre de salariés = 40 (anciennetés différentes + situation de famille ect...)

Syndicats présent la CFDT (2 délégués du personnel sur le site de Sévrier (74)
Instances dans cette société (DUP, délégation Unique du Personnel)
Siège social de DNL à la Merlatière (85)

Autres infos, la direction de DNL et Interforum ont rencontré Mr Hérisson (UMP)
L'instances DUP n'a pas rencontré le Maire-Sénateur de Sévrier

L'Instance (DUP) est accompagnée par le cabinet Syndex et a comme cabinet de reclassement Altédia

Le CCE d'Interforum est informé seulement sur le projet de fermeture
Pour ma part , j'ai interpellé la direction sur l'arrivée d'une autre activité sur le site de Sévier avec l'appui de la Mairie voir du Département et de la Région.
Pas de réponse de notre direction.La direction d'Interforum propose seulement une enveloppe supplémentaire pour le préjudice causé par cette fermeture, rien sur la protection sociale, rien sur la GPEC.

Didier Glachant
Délégué syndical CGT chez Interforum Editis et groupe EDITIS 

Commentaire : Hérisson ferait bien de s'occuper des entreprises de sa commune.

Partager cet article

Repost0
8 janvier 2008 2 08 /01 /janvier /2008 09:50

LES ELECTIONS MUNICIPALES ANNECIENNES (1944-2001)

 

Septembre 1944, Le Comité Départemental de Libération désigne une liste de conseillers municipaux comprenant des représentants des mouvements de résistance, des partis politiques (gaullistes, centristes, socialistes, communistes) et des syndicats CGT et CFTC.  Cette liste élit comme maire Albert LYARD, SFIO.

 

29 avril 1945. Elections au scrutin plurinominal majoritaire à deux tours avec panachage autorisé. Deux listes à Annecy : une liste issue de la Résistance (comme en 1944) qui emporte tous les sièges et une liste radicale-socialiste. Maire SFIO : Albert Lyard qui décède en 1946. Il est remplacé par son 1er adjoint SFIO Lucien Boschetti.

 

19 octobre 1947. Pour les villes de plus de 9 000 habitants, scrutin proportionnel. Le contexte a totalement changé, c’est le début de la guerre froide. 4 listes sont en compétition : liste RPF (gaullistes) + radicaux  9 élus (dont G. Volland) – liste MRP 8 élus (Clerc, Bosson, Bouchet, Ritz…) – SFIO 6 élus (Boschetti …) – PCF 4 élus

G. Volland est élu maire au 2ème tour avec les voix du MRP contre L. Boschetti (en tête au 1er tour avec 10 v.). L.  Boschetti refuse le poste d’adjoint que lui propose Charles Bosson.

 

26 avril 1953. La proportionnelle aiguise les appétits et 6 listes sont en compétition. Le MRP arrive en tête avec 3498 suffrages et 10 élus, dont MM Ritz, Clerc, Bosson, Bouchet. Suivent les Indépendants avec 2437 v. et 7 élus dont le maire sortant G. Volland, le PC avec 1643 v. et 4 élus, la SFIO avec 1337 v. et 3 élus dont L. Boschetti, une liste d’intérêt local avec 692 (2 élus) et les radicaux 601 v. (1 élu).

François–Maurice RITZ (MRP) est élu maire. Il décède en 1954 et est remplacé par Charles BOSSON.

 

8 et 15 mars 1959

Avec la Vème République, retour au scrutin uninominal à deux tours. 5 listes en présence. Au 1er tour, 6 élus de la liste MRP dont Charles Bosson, Clerc, A. Fumex. Au second tour, les listes PC (Mme Paris 2139 v.) et SFIO (L. Boschetti 2490 v.) fusionnent. Ce ne sera pas suffisant, les reports se font mal. Ni la liste de Gauche (3456 v.) ni les Indépendants (3607 v.), ni la liste d’intérêt local (894 v.) n’ont d’élus. La liste MRP enlève tous les sièges.

 

14 mars 1965

Changement de mode de scrutin pour Annecy : scrutin de liste majoritaire avec liste bloquée. L. Boschetti et 3 SFIO acceptent la proposition de Ch. Bosson d’une liste commune. En face, une liste PC et une liste proche de l’UNR… qui est déclarée irrecevable par la préfecture car chaque colistier n’a pas signé sa candidature. Du coup, forte abstention et beaucoup de bulletins blancs en nuls. Ins : 29 355. Vot : 19 459 Exp : 13 326. Liste Bosson 10 246 et tous les sièges. Liste PC : 3 080. L. Boschetti est adjoint. C’est la fin de la SFIO sur Annecy.

                          

14 mars 1971

Scrutin de liste majoritaire. Trois listes en présence. La liste (centristes + ex-SFIO) de Charles Bosson est élue en entier avec 70 % contre 18,7 % à la liste Union de la gauche et des forces socialistes et 11,2 % à une liste de Droite.

Charles BOSSON, réélu Maire, démissionne en 1975, laissant le poste à son adjoint André FUMEX. Les élections complémentaires (3 postes à pourvoir) donnent le 9 mars un ballottage avec liste Fumex (39 %), Union de la Gauche (30,5 %) et Droite (30,3 %). La liste de droite se retire et le 16 mars la liste Fumex l’emporte  avec 63,5 %.

 

13 mars et 20 mars 1977 : trois listes  Fumex (centriste sortant), gauche unie PS-PCF (G. Goy PS) et une liste de droite proche du RPR.

1er tour : I 27 597   Exp 17 597   Fumex   7367  (41,8)     Gauche  5613  (31,8)  Droite  4607  (26,3)    ballottage

2ème tour :  Exp  18 030    Fumex 8 602   (47,7 %)   Gauche   6383   (35,4 %)    Droite 3045 (16,8%). Avec le mode de scrutin, la liste Fumex emporte tous les sièges.

 

6 mars 1983 : deux listes.  B. Bosson fédère toute la droite et fait entrer le RPR sur sa liste. La liste de Gauche (D. Cadoux PS)  comprend PS, PCF, PSU et MRG.

I 28 830   Exp 19 031      Bosson   11 028  (57,94 %)       Gauche    7 943 (41,7 %)

                                                           34 sièges                     9 s (5 PS, 2 PC, 1 PSU, 1 MRG)

 

12 mars 1989 : 5 listes. La liste du maire sortant avec centristes et RPR. Les Verts et la direction départementale du PCF refusent une liste commune (les sortants PCF étaient d’accord pour repartir avec le PS). Un dvg (Denu) présente aussi une liste.

Un seul tour

Insc  28 314 Exp 15964    Bosson 9 502 (59,5 %)  PS (Excoffier) 3 102 (19,4 %), Verts 1515 (9,4 %)  Denu   1 239 (7,7 %), PC 606 (3,7 %)

36 sièges pour Bosson, 4 pour le PS, 2 pour les Verts, 1 pour Denu.

 

11 et 18 juin 1995 : 5 listes. Maire sortant avec toujours centristes et RPR. Liste d’extrême-droite. Verts et PC + ext gauche refusent à nouveau l’union et font chacun leur liste (cette fois, ce sont les PCF locaux qui refusent l’union, la direction départementale étant-elle- favorable). Deux tours.

1er tour : Insc 29 820  Exp 15 139   Bosson 6972 (46,05 %)  FN-MNR 1985 (13,11 %)  PS-MRG (Excoffier) 3984 (26,3 %) Verts 1412 (9,3 %)   PC  786  (5,19 %). Le PS souhaite un accord avec les Verts et le PC pour le second tour. Les Verts refusent tout accord et tout soutien au PS et le PS refuse un accord avec le seul PC qui n’a cessé de l’attaquer pendant toute la campagne.

2ème tour : Exp 16 051    Bosson 8 229 (51,2 %)  FN 2051 (12,7 %)  PS (Excoffier) 5 771 (35,95 %)   Bosson 33 élus, PS-MRG 8  et FN 2

 

11 et 18 mars 2001 : 6 listes. Maire sortant avec centristes et RPR. Une liste divers droite. Deux listes d’extrême-droite. Une liste extrême-gauche conduite par la tête de liste PC de 1995. Liste de gauche avec toutes les composantes (PS-Verts-PC-PRG-MDC). Deux tours.

1er tour : Ins 27 540  Exp 14 187   Bosson  5 934 (41,8 %), Gauche  (Excoffier) 4 570 (32,21 %), dvd 1 570 (11,07 %), FN 933 (6,5 %), MNR 592 (4,17 %), Ext gauche 588 (4,1 %). L’extrême droite et l’extrême gauche ne peuvent se maintenir.

2ème tour : Exp : 14 765  Bosson 7 233 (48,9%) Gauche  5 597 (37,9 %)   Divers droite 1935 (13,1 %). Bosson 34 élus, Gauche 8 et dvd 3

 

Elections récentes 

 

Présidentielles 2007  sur Annecy-Ville

I 32 599  V  26 429  Exp 26 139

Sarkozy 34,61 – Bayrou 24,7 – Royal 22,68 – Le Pen 7,4 – Besancenot 2,9 – Voynet 2,07 – De Villiers 1,6 – Bové 1,4 – Buffet 1, 04 – Laguiller 0,88 – Nihous 0,27 – Schivardi 0,18

 

Législatives 2007 sur Annecy-Ville

Annecy centre Bosson (UDF) 30,8  Tardy (UMP) 30,06  Donzel (PS) 20,6  Billet (Vert) 7,2 Ravache (PC) 1,23

Annecy Nord Est Bosson 29,8  Tardy 26,9  Donzel 21,9  Billet 6,9  Ravache 1,75

Annecy Nord Ouest (part ville)  Accoyer 48,2 (UMP)  Gillet de Thorey (PS) 30,4  Decout (Vert) 4,4 Chazal (PC) 1,9

Partager cet article

Repost0
8 janvier 2008 2 08 /01 /janvier /2008 09:28

Y aura-t-il plus de candidats UMP sur la liste de Rigaut que sur celle d'Hérisson-Tardy ? Ce n'est pas impossible puisque Rigaut se vante d'avoir 8 UMP sur sa liste. Pendant ce temps, l'UMP 'officielle' vire de plus en plus du côté de la droite extrême avec deux recrues emblématiques de cette mouvance : M. Tanguy (proche des thèses de de Villiers) et M. Jouffrey, un ancien du FN.
Quant au Modem, il n'a toujours pas accordé son investiture et l'accord avec des Verts semble de plus en plus problématique. Mme Duthoit a même annoncé son retrait.
A gauche, tout devrait être bouclé d'ici quelques jours. Suite à un pépin de santé, Laurent DUPONT a dû renoncer à la tête de liste. C'est Robert SAINT-ROMAIN qui reprend le flambeau. Rencontre avec le PC ce mardi, les Verts décideront (définitivement) mercredi soir. Espérons que la sagesse l'emporte et que la campagne puisse être effectivement lancée.
Robert SAINT ROMAIN a a son actif deux mandats de Conseiller municipal, un mandat de conseiller à la communauté d'agglomération et un mandat au SILA (Syndicat du lac).

Je n'ai pas commenté un sondage paru dans la presse tant les résultats paraissent farfelus. Penser que Rigaut pourrait l'emporter au 1er tour avec 51 %, devant le Ps 16 % et l'UMP 15 % me paraît relever de la plus haute fantaisie. Au dernières municipales Bosson, à la tête d'une liste UDF-UMP n'avait réuni qu'un peu plus de 41% au 1er tour.

Partager cet article

Repost0
3 janvier 2008 4 03 /01 /janvier /2008 08:53
En ce début d'année 2008, les choses sont loin d'être calées, à gauche comme à droite.
Le PC ( 290 voix dans une ville de 50 000 habitants aux dernières législatives) continue sa surenchère et refuse les propositions du PS. Il  appelle à une mythique liste de toute la gauche et des écologistes (sous-entendu, y compris l'extrême-gauche) tout en insultant le PS dans la presse : "la gauche non communiste se comporte comme la plus bête du monde". En fait tout se passe comme si la possibilité pour la gauche de gagner faisait peur. Dès lors le PC, qui jusqu'à présent dans les contacts ne discute que de répartition des places, où les Verts... accumulent les obstacles.
Avec les Verts, l'accord semblait calé de la manière suivante : 10 candidats Verts sur 45, Billet en n° 3 et soutien PS à la candidature de Billet aux cantonales d'Annecy Nord Est - un canton gagnable où le candidat PS a réalisé 48,6 % en 2001. Or T. Billet a annoncé à la tête de liste PS vendredi dernier 28 décembre... qu'il avait accepté la proposition du Modem de prendre la tête de leur liste !!! Et que ses amis verts d'Annecy rejoignaient cette liste du Modem. Précisons qu'il s'agit du Modem tendance pro-Rigaut emmené par Mme Duthoit et JM Mora. Je connais bien ce dernier qui conduisait une liste écologiste en 1995,  fut élu , refusa constamment de travailler avec la gauche et s'aligna très vite sur la droite.
Curieusement depuis bientôt 8 jours, ni le Modem, ni T. Billet n'ont annoncé ce renversement d'alliance. S'agit-il d'un dernier bluff de T. Billet pour obtenir la tête de liste de gauche, son obsession depuis qu'il est arrivé à Annecy ? Ou l'aboutissement logique d'une démarche commencée aux Présidentielles : déjà, aux législatives 2007, T. Billet avait fait appel à un député vert européen passé au Modem pour le soutenir. Quel sera le poids électoral d'une liste Modem pro-Rigaut (car le Modem anti-Rigaut reste en piste) alliée à des Verts reniant leur engagement à gauche ? Bien moindre en tout cas qu'une liste PS-Verts-PC? Alors pourquoi ce choix par T. Billet ? Très probablement pour être en position de négociateur d' un ralliement à Rigaut au 2ème tour. 
PEUT-ON ENCORE ESPERER QUE CHACUN REVIENDRA A LA RAISON ET NE SABOTERA PAS CETTE CHANCE UNIQUE POUR LA GAUCHE DE CONQUERIR ANNECY ? C'EST EN TOUT CAS LE VOEU QUE JE FORMULE  POUR LA GAUCHE ANNECIENNE : QU'ELLE RETROUVE SA CONFIGURATION UNITAIRE DE 2001. MAIS LE TEMPS PRESSE.

A l'UMP, rien de définitivement calé non plus pour la tête de liste. De l'aveu même d'élus annéciens, le choix entre un Hérisson qui traîne quelques casseroles et un Tardy qui s'était formellement engagé pour un mandat unique, n'est pas tranché. Au point qu'une tête de liste féminine fait rêver une élue annécienne ! Et les élus  UMP annéciens sont loin d'être unanimes. Liste Rigaut, liste UMP ou retrait  ? Mme Marchand, MM Fabbian, Mugnier, Croset, Banet ... n'ont pas fait connaître leur choix. Pour l'instant, ils ne sont pas annoncés sur la liste UMP ! Le ralliement de Tanguy (proche des positions de de Villiers) et qui vient de s'abstenir sur le budget 2008 de la ville) n'a surpris personne. Et la partie de liste publiée par l'UMP est bien insignifiante.
Quant à Rigaut  (Nouveau Centre), il continue à louvoyer. Plusieurs élus sortants non encartés ne savent toujours pas s'ils seront repris ... Tout cela commence à faire désordre.
Les Annéciennes et Annéciens ont droit à un peu de clarté.

Partager cet article

Repost0
3 janvier 2008 4 03 /01 /janvier /2008 08:21
ARNAUD MONTEBOURG ECRIT A BERNARD KOUCHNER
Lettre à un ami perdu à Disneyland
Pour le député PS de Saône et Loire, Bernard Kouchner doit démissionner au plus vite du gouvernement. S'il veut sauver ce qui reste de son image et rester fidèle à ce qu'il a été.
 
Mon cher Bernard,

Pour moi, tu es d'abord un ami, un homme de haute estime qui, dans tes actes, a contribué à changer la face de ce triste monde.
Pour nous tous, tu as inventé la théorie du droit d'ingérence d'abord médical et humanitaire, puis politique et judiciaire, cette ingérence qui fait céder la dictature devant l'impératif humain.
Tu n'étais pas un homme de parti ; tu te voulais en marge, un franc-tireur, c'est pour cela qu'au côté des Français nous t'aimions.
Tu fus un bon ministre de la santé dans le Gouvernement Jospin : droit des malades, équilibre de l'assurance maladie, et soutien aux hôpitaux de proximité. J'aimais ta manière d'aborder les problèmes et de les régler. Ton intransigeance te faisait avancer. Mais aujourd'hui, Bernard, tu le sais toi-même, la « rupture » de Nicolas Sarkozy dans laquelle tu as voulu jouer, te laissera sur le carreau, en loques, et seul au monde.
Car la politique étrangère de Sarkozy, c'est l'exact contraire de tes valeurs et de tes choix, puisqu'elle consiste non pas à restaurer la force de la parole de la France, mais au contraire, par narcissisme pulsionnel de son président, à se jeter aux pieds de tout ce que le monde compte de puissants, même condamnables. Sarkozy veut la photo avec tes ennemis historiques et moraux, et toi il ne te reste qu'à tenir la chandelle...
Le French Doctor en voyage officiel a Pékin, sous pilotage sarkozyste, n'a pas même un mot pour son ami le Dalaï Lama... As- tu oublié, Bernard, cette si belle leçon de diplomatie que ce toast assassin du Président Mitterrand au grand dîner d'apparat du Kremlin où il mentionna dans un silence de mort le nom de Sakharov ?
Les félicitations de l'Elysée à Poutine, auteur d'élections frauduleuses et probable commanditaire d'assassinats d'opposants, sont elles justifiées ? Ce ne sont pas des chapeaux -comme tu l'as si bien théorisé toi même- qu'il te faudra avaler, mais à ce rythme les Galeries Lafayette toutes entières.
L'épisode misérable et inquiétant de la visite de Khadafi à Paris a montré ce qu'est devenue cette brillante politique étrangère à laquelle tu prêtes désormais ton nom : la  diplomatie française ridiculisée, le président contredit publiquement, la leçon de Khadafi à la France sur les droits de l'homme, les contrats inventés pour la plupart et envolés pour ceux qui restent… Beau succès !
Bien sûr, tu diras que ce ne sont pas tes décisions. Mais c'est là tout le problème, cher Bernard. Tu le sais mieux que d'autres, ce n'est pas toi le véritable Ministre des Affaires étrangères, mais l'omnipotent patron de la cellule diplomatique de l'Elysée, Jean-David Levitte qui fait nommer les ambassadeurs, construit les stratégies, représente le président et négocie dans ton dos. Toi tu es bon pour recevoir les ONG, pendant que les choses sérieuses se décident ailleurs... Tu es bon pour aller à la télévision ou à l'Assemblée nationale porter les lourdes valises de ce que tu désapprouves. Jusqu'à quand ?
Combien d'autres « heureux hasards », comme ce prétexte que tu imaginas pour t'échapper du piège Khadafi à Paris, faudra-t-il que tu inventes pour organiser ta défausse, habiller ta mauvaise conscience, et dissimuler ta gêne désormais publique ?
Jusqu'ou l'humiliation devra-t-elle faire entrer son mauvais parfum dans ta tête pour que tu réagisses enfin ?
Je fais partie de ceux qui ne peuvent pas croire que tu es homme à te laisser réduire par la cuisson du pouvoir à ce tout petit rôle de figurant, comme le montrent ces images répétitives de ton effacement.
La seule explication que je vois, c'est que tu as un accord politique avec  ton
nouveau maître, le Président Sarkozy, pour te faire accepter ce que ton amour propre rend inacceptable.
La glissade atlantiste incontrôlée dans laquelle les sarkozystes emmènent la France a semble-t-il reçu ton soutien. Tu étais le seul homme à gauche à soutenir l'expédition américaine en Irak en 2003, quand Sarkozy était l'un des rares à droite à soutenir les funestes projets de l'Administration Bush. Le récent voyage du Président français aux Etats Unis fut remarquable, en ce que la France n'a pas dit un mot de désapprobation contre l'incroyable manipulation de l'opinion publique mondiale sur la prétendue détention par l'Irak d'armes de destruction massive.
Tes déclarations bellicistes sur l'affaire iranienne s'emboîtent parfaitement avec les desseins de la fraction la plus dure des Républicains américains, au moment même où les agences de renseignement américaines ont rendu un rapport (National Intelligence Estimate) invalidant, au point de les ridiculiser comme celles d'un vassal aveugle et empressé, les déclarations du Président français et de son Ministre des Affaires étrangères que tu es.
Ce ciment atlantiste qui t'unit à Sarkozy serait donc celui qui te maintient à flot dans cette pitoyable comédie, qui commence a Disneyland mais finit dans la tragédie d'une guerre incontrôlable, peut-être mondiale.
Si c'est ce sinistre dessein qui te fait composer ainsi jusqu'avec toi-même, je préfère te dire que tu ne t'en relèveras jamais. Les Français ne te le pardonneront pas. Nous non plus. Le mieux pour toi-même et pour la France serait que tu prépares ta sortie. Commence à réfléchir à ce que tu écrirais dans ta lettre de démission. Tu seras ainsi encore Bernard Kouchner, pour longtemps.
Bien affectueusement a toi. Arnaud Montebourg

(publié dans Le Nouvel Observateur du 3 jancier 2007)

Partager cet article

Repost0
28 décembre 2007 5 28 /12 /décembre /2007 18:40

Richard Corbett, député européen travailliste (PSE)

 

"Je suis bouleversé par la mort de Benazir Bhutto. Nous sommes devenus amis lorsque nous étions ensemble étudiants à l'université. C'était l'époque où elle paraissait insouciante et heureuse de vivre, l'époque où ceux qui l'avaient connue à Harvard l'appelaient encore "Pinkie", l'époque où elle faisait déjà preuve d'une intelligence politique aiguë même lorsqu'il ne s'agissait que d'élire les responsables du syndicat étudiant.

 

Plus tard, lors de nos rencontres, nous évoquions ce temps-là qui devait lui paraître bien loin de la vie douloureuse et dangereuse qui a suivi son entrée en politique après l'assassinat de son père dont elle se sentait très proche. D'autres drames devaient suivre : la mort de ses deux frères, cinq années d'emprisonnement dont la plus grande partie seule dans sa cellule, et, ces dernières années, un exil forcé par les militaires après deux mandats comme Premier Ministre.

 

L'été dernier, en rangeant mon grenier, je suis tombé sur de vieilles lettres et cartes postales qu'elle m'avait envoyées. Il n'y a pas même une année que j'étais avec elle pour la présenter au centre municipal de Leeds. Et maintenant je sais que je ne pourrai plus jamais lui parler.

 

Elle était parfaitement au courant des risques qu'elle prenait en rentrant au Pakistan. Elle m'avait invité à l'accompagner pendant son voyage de retour. Avec courage elle espérait restaurer la démocratie et l'emporter à la fois face aux militaires et aux intégristes. Mais finalement ses ennemis ont montré qu'ils étaient sans pitié en la tuant en même temps que beaucoup d'autres, au risque de voir le Pakistan sombrer dans la guerre civile."

 

Partager cet article

Repost0