Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

22 février 2007 4 22 /02 /février /2007 21:00

LA  QUERELLE  DES  ABRIBUS

Ce conseil, à l'ordre du jour peu fourni, a commencé par un débat assez vif entre B. Bosson, B. Accoyer et F. Camusso.

Annecy a depuis longtemps des abribus. Pendant des années, ils ont été concédés à  la seule société présente sur le marché, la société Decaux. Quand Annecy le Vieux et Seynod ont voulu des abribus, ils se sont adressés à la même société, qui a accepté. Mais cette compétence est resté communale et la redevance payée par le concessionnaire est encaissée par chaque commune.

Depuis 7-8 ans, Annecy a mis en concurrence le marché et l'a attribué à une société américaine. Decaux n'a plus que les abribus d'Annecy le Vieux et Seynod. Au renouvellement de la concession, Decaux a fait savoir qu'il n'était plus intéressé ... sauf s' il reprenait la concession de toute l'agglomération !!! Chantage on ne peut plus classique.

Annecy le Vieux et Seynod n'ont pas trouvé d'autre société. Ils viennent demander à l'agglo de prendre en charge le dossier... et leurs abribus. 

Le président de l'agglo rétorque que ce n'est pas dans les compétences de l'agglo, que cela a toujours été de compétence communale. Accoyer veut que cela devienne une compétence (et une dépense) d'agglo, Seynod accepterait que les communes intéressées fassent une commande groupée. Bosson est d'accord sur ce dernier principe sauf que cela ne pourra se faire qu'à la  fin de la concession annécienne, sinon il faudra payer un dédit.

Dans l'immédiat, à la demande d'Annecy-le-Vieux, le Tribunal administratif doit dire si c'est une compétence d'agglo, comme les transports en commun, ou pas. Nous en sommes là.

DEBAT  D'ORIENTATION  BUDGETAIRE

Si l'année 2007 ne sera trop difficile financièrement, la suite risque d'être plus délicate avec une stagnation voire une baisse de la principale ressource budgétaire, la taxe professionnelle qui diminuerait de 1, 4 million d'euros l'an prochain.

Il est proposé :

- le maintien du taux de la TP à 19,17 %

- le maintien du taux de la taxe d'enlèvement des ordures ménagères à 7,3 %

- le maintien de la taxe versement transport à 0,90 %

- le maintien de la dotation de solidarité reversée aux communes (50 % des surplus de TP et de DGF)

- en investissements : 12 millions d'euros nets de subventions

- en dépenses de fonctionnement, limitation à 3 %.

Une seule intervention dans ce débat, celle du groupe socialiste en la personne de J. Cordeboeuf. Elle a plaidé pour un relèvement progressif du versement transport pour ne pas être obligés en 2008 ou 2009 de procéder à une forte hausse, nécessaire pour financer les transports en commun. Opposition de B. Bosson et de B. Accoyer. Nous reviendrons à la charge lors du débat budgétaire.

PARC  NATUREL  REGIONAL DES  BAUGES

L'adhésion de l'agglomération comme agglomération-porte du parc a été acceptée à l'unanimité. Les 2 élus Verts, dans un premier temps, ont annoncé leur intention de voter contre la charte du PNR. J. Excoffier ( qui a siégé au bureau du PNR comme conseiller régional pendant 6 ans) est intervenu pour souligner l'efficacité du travail du PNR, la bonne implication sur le terrain. Il a proposé de voter la charte en émettant deux réserves sur la réglementation concernant les carrières et les loisirs motorisés, les deux points contestables et contestés par les Verts. Cette proposition a été adoptée à l'unanimité.

LUTTE  CONTRE  L'EFFET  DE  SERRE

Les Verts avaient déposé un voeu tendant à ce que l'agglo s'engage dans une démarche de compensation volontaire. De quoi s'agit-il ? Le parc automobile de l'agglo contribue à l'augmentation de l'effet de serre et on ne peut pas supprimer le ramassage des ordures, les véhicules su service des eaux ...Ce sont des émissions de gaz à effet de serre que nous ne pouvons pas supprimer. La proposition visait à évaluer le coût de cette augmentation d'émission de gaz à effet de serre et de verser l'équivalent à une association (GoodPlanet), patronnée par Yann Arthus-Bertrand, dans le but de financer des actions de réduction de gaz.

Très sagement, le président a indiqué que l'agglo allait engager une vaste étude pour limiter les dépenses d'énergie dans les bâtiments... Les Verts ont alors retiré leur voeu.

LE CONSEIL  GENERAL  ET LA TAXE  D'HABITATION

Jean Excoffier est intervenu sur cette question.
"Par délibération en date du 25 septembre 2006, le Conseil Général de la Haute-Savoie a décidé, pour le calcul de la taxe d'habitation 2007, de ne plus appliquer les abattements communaux et de s'en tenir uniquement aux minima obligatoires prévus par la loi.

Ce qui entraîne la suppression de l'abattement général et de l'abattement spécial destiné aux bas revenus et la limitation à 10 % pour les deux premières personnes et 15 % pour les personnes supplémentaires. C'est une rupture avec la politique menée jusqu'à présent, qui consistait à accompagner les choix familiaux et sociaux des communes, rupture prise sans concertation et sans même informer les communes.

L'impact est particulièrement lourd pour les contribuables modestes et les familles des communes utilisant les possibilités d'abattements pour réduire l'injustice de cet impôt local, qui ne tient pas compte des revenus des foyers.  Dans l'agglomération, seront touchés les contribuables d'Annecy, d'Annecy-le-Vieux, Chavanod, Cran-Gevrier, Epagny, Metz-Tessy, Meythet et Seynod.

Variable selon les abattements décidés, l'effet peut être considérable alors même que l'envolée des loyers pèse sur les budgets familiaux. L'effet sur le total de la taxe d'habitation (part départementale plus part communale), hors relèvement des bases et des taux, variera de + 3% au doublement du montant pour les moins favorisés.

Le Conseil général, alerté sur les conséquences de ce choix est en train de revenir sur sa décision. Des maires sont déjà intervenus en ce sens. Le sujet n'étant  pas de la compétence de l'agglomération, le groupe socialiste ne propose pas de voeu au conseil mais il suggère que le bureau de l'agglomération envoie un courrier au Président du Conseil général pour appuyer la requête des maires et des populations concernées pour l'annulation de cette mesure".

Commentaires:

1- B. Bosson refuse la proposition d'intervention auprès du Conseil général, au motif que cela n'entre pas dans les compétences de l'agglo.

2- Jean Boutry, maire socialiste de Cran-Gevrier, qui le premier s'est rendu compte de cette situation et a alerté ses collègues maires, les incite à nouveau à adopter en conseil un voeu à transmettre au conseil général.

IL FAUT SAVOIR

1- Le conseil municipal de Seynod et Mme Camusso, conseillère générale, ont refusé la proposition du groupe socialiste d'un voeu au conseil général.

2- B. Accoyer soutient la position du conseiller général du canton d'Annecy-le-Vieux, Antoine de Menthon, qui est favorable à cette mesure inique.

3- Lundi, en commission permanente, le Conseil général a décidé d'annuler sa décision et de constituer un groupe de travail chargé d'examiner la question. Il faut maintenir la pression pour que l'annulation soit définitive par un vote en séance publique.

 

Repost 0
22 février 2007 4 22 /02 /février /2007 11:19

Depuis la fermeture du Centre des Trois Fontaines, le dispositif est déséquilibré. La DDASS souhaite mettre un place un système d'accueil ouvert 24 h/24 h le week-end  et d'aider à l'ouverture d'une structure en semaine de 9 h à 17 h.

Les structures actuelles Abri St Christophe la nuit, l'Herminette le matin, ne peuvent faire plus.

Où sont les moyens annoncés par le gouvernement UMP-UDF (27 000 places) ???

Repost 0
22 février 2007 4 22 /02 /février /2007 11:16

Les interventions de la gauche ont abouti. Une nouvelle organisation des bureaux de vote est mise en place pour les prochaines élections. Deux centres de vote sont ajoutés : La Plaine et la Prairie.

Attention : un certain nombre d'habitants vont devoir changer leurs habitudes pour les prochains votes. Bien vérifier son lieu de vote sur les nouvelles cartes électorales qui arriveront fin mars et début avril.

Repost 0
22 février 2007 4 22 /02 /février /2007 11:04

Une étude révèle ce que nous savions déjà :

- précarité des familles dans le quartier de la Prairie et de la Mandallaz : lamoitié des habitants en HLM ont des revenus inférieurs à 60 % du plafond HLM

- un groupe de jeunes adultes pose problème à la Mandallaz

- le quartier de la Mandallaz souffre de l'isolement et des difficultés de stationnement

- le quartier de la Prairie souffre de problèmes de circulation et de stationnement, particulièrement autour des équipements scolaires

- la question des équipements sportifs et d'une bibliothèque est posée, celle de la Prairie est notoirement insuffisante.

Toute la question est de savoir si la ville a la volonté de passer du diagnostic à une action concrète sur le terrain et ce n'est pas gagné !!!

Repost 0
22 février 2007 4 22 /02 /février /2007 10:59
Après recherche et étude juridique, il s'avère que la cloche de l'église des Fins, offerte par le gouvernement américain, est propriété de la ville d'Annecy et mise en dépôt à l'église.Le système d'accrochage de la cloche doit être réparé. Ce sera donc à la charge de la ville pour 4 312 €.
Repost 0
22 février 2007 4 22 /02 /février /2007 10:50

Deux parties pour cet aménagement. Une chaussée à l'italienne (sans trottoir) de la Rue Filaterie au Passage de la Cathédrale et une chaussée classique du Passage de la Cathédrale à la Rue de la République.

Travaux de début mai au 12 juillet 2007.

Repost 0
6 février 2007 2 06 /02 /février /2007 00:00

Un conseil municipal avec un ordre du jour très technique.

Quelques points intéressants

Pour les élections présidentielles, la ville mettra à disposition des candidats une salle parmi les suivantes : Hall des expos (2500 places), salle des Allobroges (900 pl), Eugène Verdun (500 pl), Olympiades (150 pl) et Y. Martinet 116 pl).

Pour les élections législatives, ce sera plus compliqué compte-tenu de travaux et des JICA. Il restera les salles Y. Martinet (116 pl), Théâtre de l'Echange (89 pl) et Salle des Clarisses (80 pl). Avec accord de la C2A des gymnases pourraient être mis à disposition.

Foyer Sonacotra de Seynod. La ville d'Annecy est propriétaire du terrain, confié par bail à la Sonacotra jusqu'en 2041. Ce foyer est obsolète. La SONACOTRA a un projet de rénovation et d'extension sur un terrain voisin pour arriver à un ensemble de 200 petits logements contre 214 chambres de 7 à 14 m2 aujourd'hui. Cela suppose que la ville de Seynod modifie son PLU, que la C2A propriétaire du terrain voisin le confie à la Sonacotra et que la ville d'Annecy prolonge le bail de 20 ans. Accord de la ville sur ce dernier point.

Les assurances augmentent. Pour l'assurance Responsabilité civile de la ville et des ses agents, c'est une augmentation de 4,9 % pour 2007.

Le parvis d'accès à Bonlieu va être refait : 2 600 m2

Le projet de rénovation de la salle Chatenoud a été adopté.

Le sentier des contreforts du Semnoz, qui passe par Annecy, Quintal et Seynod, va être inscrit au plan départemental des itinéraires de randonnées pédestres. A propos du Semnoz le groupe est intervenu contre un projet du SIPAS (syndicat d'aménagement du Semnoz) visant à installer un télébenne. Chacun sait qu'avec le réchauffement du climat, un télébenne ne pouvant fonctionner que quelques journées par an est totalement inutile et non rentable.

La participation de la ville au prix de journée/enfant pour les centres de loisirs et centres de vacances et centres de loisirs de proximité est réévaluée. Le groupe était fortement intervenu pour diminuer la part restante pour les familles à revenus modestes.

La ville a reconduit sa convention d'objectifs avec la Compagnie Brozzoni et le plan local de développement de l'éducation artistique avec l'Education nationale.

Convention d'acquisition d'une sculpture de F. Mezzapelle

 Intervention de J. Excoffier

27 000 euros pour un ZOZO. Présenté de cette manière, cela ferait probablement un tabac. Mais soyons sérieux. De quoi s'agit-il ?

La ville a passé commande à l'artiste contemporain François MEZZAPELLE d'une sculpture.

Que la ville veuille soutenir la création contemporaine, nous en sommes d'accord. Qu'elle veuille faciliter la rencontre entre l'artiste et la population en installant cette oeuvre dans un lieu public, nous sommes toujours d'accord.

François Mezzapelle vit et travaille depuis 20 ans à Marseille. Il a surtout exposé dans le midi, un peu à Paris et un peu en Franche-Comté. Son exposition la plus proche, c'était, je crois, à Montbéliard en 1987.

Sa spécialité, si je puis m'exprimer ainsi, c'est de réaliser en résine et polyester stratifié peint des êtres hybrides entre l?animal et l'humain et particulièrement entre des oiseaux et des humains. Nous ne savons pas si quelqu'un a vu une maquette ou une esquisse, mais peu importe.

L'art contemporain, comme pour toutes les périodes artistiques, chacun apprécie ou trouve les oeuvres hermétiques. Seul le temps départagera les enthousiastes et les sceptiques. Il n'y a donc pas de jugement à porter, en tant qu'élu, sur cette commande.

Ce qui nous pose problème et mérite quelques explications, c'est la convention entre l'artiste et la ville. Et ceci sur deux points.

1)      le paragraphe 2/1 sur les droits de représentation et de reproduction cédés non exclusivement à la ville, il est indiqué : « les cessions consenties sont limitées aux utilisations que la ville pourrait envisager à des fins culturelles et ne générant pas de recettes » .Nous posons la question suivante. Si dans quelques années, la ville décide d'installer cette sculpture dans un musée, l'artiste ne sera-t-il pas en droit de réclamer une part des recettes d'entrées au musée ?

 

 

 

2)      le paragraphe 2/2 sur les références techniques indique que «  l'artiste atteste que les peintures utilisées, au moment de la création de l'oeuvre, sont disponibles auprès d'au moins un fournisseur ». Ceci pour que la ville puisse procéder elle-même aux éventuelles restaurations. Ce paragraphe nous semble en décalage, pour ne pas dire en contradiction avec le suivant, qui prévoit que « la ville s'engage à consulter l'artiste avant toute intervention sur l'oeuvre ». Mais en clair, cela ne veut-il pas dire que l'artiste va nous indiquer son fournisseur et que celui-ci pourra nous faire payer au prix fort ses produits. Parce que l?éventualité de restaurations est plus que probable, ce type d'oeuvre vieillit souvent assez mal";

En réponse le maire a reconnu que le premier point soulevé pouvait poser problème et s'est engagé à revoir le texte de la convention. Sur le deuxième point, il a assuré que l'artiste utilisait des produits courants.

L'acquisition a été adoptée avec deux abstentions du groupe divers droite.

 

Critérium du Dauphiné Libéré. L'arrivée sera jugée à Annecy le 17 juin 2007. Coût pour la ville : 50 000 ?. J. Excoffier a questionné le maire sur la facture de la mairie d'Annecy-le-Vieux concernant le départ du Critérium en 2006. Réponse : la ville a refusé cette facture et n'a plus eu de nouvelles.

 

Convention avec le Football Club pour régler l'organisation de manifestations sportives exceptionnelles.

 

Les actions de coopération avec la ville de Sassandra en Côte d'Ivoire vont se poursuivre dans deux domaines:

- la rénovation du service des urgences de l'hôpital

- la mise en place d'une aide et d'une garantie d'emprunts pour la mise en place de micro-crédits à destination de groupes de femmes engagées dans des activités agricoles et artisanales.

 

Restaurant Ritz. J. Excoffier a demandé l'ouverture d'un cyber-espace pour seniors. Avec la dispersion des familles, il s'agit d'apporter une formation de base aux seniors désireux de correspondre avec leurs enfants et petits enfants par internet. Le maire a trouvé l'idée intéressante. Affaire à suivre.

 

Accompagnement des SDF. Le Conseil général a confié la mission d'accueil à la ville, après la liquidation de l'association des Trois Fontaines. Un poste supplémentaire est créé. "Très insuffisant", a déclaré T. Billet au nom du groupe.

 

Secteur scolaire. Le conseil a adopté lescrédits pour les projets d'écoles, la participation de la ville à la scolarisation des annéciens dans les écoles privées sous contrat d'association

 et dans les communes extérieures.  

Les questions diverses  du groupe de gauche

La décision inadmissible du Conseil général pénalisant kles familles modestes et les familles nombreuses.

Intervention de J. Excoffier 

Le Conseil général de la Haute-Savoie a décidé, pour le calcul de la taxe d'habitation 2007, de ne plus appliquer les abattements communaux et de s'en tenir uniquement aux minima obligatoires prévus par la loi, lors d’une délibération datée du 25 septembre 2006.

 Le conseil municipal d’Annecy regrette vivement cette décision, qui n’a d’ailleurs fait l’objet d’aucune consultation, ni même information des maires et des conseils municipaux, au regard de l’impact qu’elle aura sur les habitants de leur commune. Ce sont en effet les familles et les foyers les plus modestes, qui bénéficiaient de ces abattements, qui seront les plus touchés par cette augmentation brutale de la taxe d’habitation, via la part prélevée par le département.

 L'impact de cette décision sera dur pour les contribuables d’Annecy, et pour ceux de toutes les communes utilisant les possibilités d'abattements pour réduire l'injustice de l'impôt local, qui ne tient pas compte des revenus des foyers. Ce sont essentiellement des communes urbaines, ce qui n’est guère surprenant car elles logent de nombreuses familles à revenus modestes.

 C’est pour ces raisons que la ville d’Annecy applique un abattement général à la base de 10 %, un abattement spécial de 15 % pour les familles à bas revenus, de 15  % pour les deux premières personnes à charge et 25 %  pour les suivantes.

 La décision du Conseil Général prévoit d’aligner les abattements sur les taux minima, soit aucun abattement à la base (ni abattement général, ni abattement spécial destiné aux bas revenus), 10 % pour les deux premières personnes à charges et 15 % pour les suivantes. C’est une rupture avec la politique menée jusqu’à présent, qui consistait à accompagner les choix familiaux et sociaux des communes.

L'effet sur les contribuables d’Annecy sera considérable :

- l'augmentation de la part départementale de la taxe d’habitation sera au minimum de 12 à 13 % (pour les contribuables à valeur locative élevée et sans personne à charge) et jusqu'à des multiplications par 4 pour des familles à valeur locative faible et bas revenus. 

- l'effet sur le total de la taxe d’habitation variera entre + 3 % pour les mieux lotis jusqu’à + de 100 % pour les moins favorisés.

 Le Conseil municipal d’Annecy regrette, qu’au nom de l’égalité de traitement des habitants du département,  l’option retenue par le Conseil Général consiste à aligner par le bas les abattements qui profitent aux familles et à supprimer ceux qui bénéficient aux plus modestes. Il regrette ce choix de l’option la moins sociale et la moins familiale, alors que d’autres choix d’abattements sont possibles.

 Pour toutes ces raisons, le conseil municipal d’Annecy demande au Conseil général de surseoir à l’application de cette décision, de façon à ne pas alourdir la fiscalité des familles et des ménages les moins favorisés.

 Notre proposition de demander au Conseil Général de revenir à la situation antérieure a été adoptée à l'unanimité du conseil.

Fermetures de classes. Annecy est particulièrement touchée cette année avec deux fermetures (Teppes et Parmelan) et trois blocages (Carnot, Fins et Quai J. Philippe), tout cela en primaire.

J. Excoffier a attiré l'attention sur deux points :

1) les blocages conduisent le plus souvent à une fermeture effective à la rentrée.

2) les problème est national. Confronté à un manque d'attribution de postes supplémentaires, l'Inspecteur d'Académie ferme des classes en Haute-Savoie, pour pouvoir ouvrir ailleurs dans le département, alors que dans d'autres départements mieux pourvus, avec les mêmes effectifs, il n'y aurait pas ces fermetures. Il a indiqué que le Ministre UDF de Robien supprime 5000 postes de profs en arguant d'une baisse des effectifs de 25 000 élèves dans le secondaire et ne crée que 450 postes pour faire face à une hausse globale de 24 000 élèves dans le primaire.

le Groupe a demandé au maire et conseiller général UDF d'intervenir auprès du ministre UDF, via le député UDF d'Annecy.

Annecy TV Mag. Ce magazine, diffusé sur TV 8 Mont Blanc, interviewe régulièrement des personnalités de la majorité.  Le groupe a demandé à ce que l'opposition puisse aussi s'exprimer. Accord de principe du maire. Reste à vérifier la  concrétisation !!!

Dépollution du site de la SICN. T. Billet a demandé où en était cette dépollution ? Pas de réponse précise pour l'instant.

Charte du parc naturel du massif des Bauges. T.  Billet a demandé une plus grande implication de la ville dans la préparation de cette charte, la C2A -agglomération-porte  du parc - ne semblant pas très intéressée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
30 janvier 2007 2 30 /01 /janvier /2007 00:00

Les hommages à l'Abbé Pierre se multiplient. Souvent sincères, ils deviennent choquants quand ils émanent de personnalités politiques qui refusent tout HLM dans leur commune ( Sarkozy à Neuilly 2,7 % !) ou qui ont tout fait ( députés UMP) pour vider de son contenu la loi SRU et son volet 'logement social'. Une telle hypocrisie est scandaleuse.

Mais je voudrais évoquer un épisode moins connu de l'action de l'abbé Pierre pendant la guerre, aux côtés des Résistants, en Haute-Savoie.

Dans la nuit du 9 au 10 novembre 1943, à Bossey, Jacques de Gaulle, frère du Général, recherché par Vichy, réussissait à passer clandestinement en Suisse, à la barbe des soldats allemands. Le passage avait soigneusement été préparé par l'abbé Pierre, en liaison avec des résistants locaux, dont le chef du poste de douane français. L'abbé Pierre avait pris son illustre passager, atteint de paralysie, à Grenoble et l'avait conduit à Collonges sous Salève avant son passage de la frontière. 

Rebelle et résistant, déjà !!!

Repost 0
30 janvier 2007 2 30 /01 /janvier /2007 00:00

La ville a décidé depuis quelques années de s'intéresser à l'art contemporain et d'acquérir certaines oeuvres. Très bien.

Dans ce cadre, le conseil municipal du 5 février doit se prononcer sur la commande d'une sculpture en "résine et polyester stratifié peint", aux dimensions suivantes : hauteur de 220 cm, envergure au sol de 120 cm, commandée à l'artiste François Mezzapelle, pour un coût de 27 000 € (177 108 f). Elle sera installée dans la square du balustre

La délibération n'en dit pas plus. Mais la convention à signer entre le ville et l'artiste est autrement intéressante.

Titre de l'oeuvre : Le Zozo

Le coût n'inclut pas les frais de transport (depuis Marseille !).

La ville peut utiliser des représentations et des reproductions de cette oeuvre, mais seulement à des fins"culturelles et ne générant pas de recettes". Autrement dit l'artiste se réserve tous les droits dérivés.

Références techniques:

L'artiste fournit à la ville les références précises des peintures de surface utilisées pour la réalisation de l'oeuvre. Ceci afin que la ville d'Annecy puisse procéder elle-même aux éventuelles restaurations, en cas d'usure ou de détériorations des surfaces peintes. L'artiste atteste que les peintures utilisées, au moment de la création de l'oeuvre, sont disponibles au près d'au moins un fournisseur.

Autrement dit, la ville sera obligée de s'adresser à l'unique fournisseur, au prix de celui-ci !!!

En cas de "détérioration de la surface picturale" ou d' "autres détériorations", la ville prendra à sa charge les frais de déplacement de l'artiste.

Nous n'avons aucune idée de la qualité de l'oeuvre - F. Mezzapelle fabrique des hybrides entre l'homme et l'animal depuis 20  ans -  mais , à la lecture de la convention, on peut dire qu'en matière de garantie financière, cet artiste est tout à fait au point !!!

Repost 0
30 janvier 2007 2 30 /01 /janvier /2007 00:00

Dans une note de 5 pages en date du 22 janvier, J.L. Rigaut indique : "afin de faciliter un travail collectif et efficace de la Municipalité dans le respect des responsablités de chacun de ses membres et afin d'établir des rapports clairs de travail avec l'administration communale, il est nécessaire de fixer un nombre de règles concernant le fonctionnement de la Municipalité"

Après deux paragraphes rappelant la composition de la Municipalité et de la commission d'adjoints, le maire entre dans le vif du sujet. Je cite

III FONCTIONNEMENT DE LA MUNICIPALITE ET DE LA COMMISSION D'ADJOINTS

La Municipalité doit être un ensemble solidaire au sein duquel chacun exerce ses responsabilités et où toutes les décisions importantes sont étudiées et prises collégialement.

Par décisions importantes, il faut entendre non seulement les orientations de la politique municipale, mais aussi les décisions plus ponctuelles qui méritent un échange de vues afin d'engager l'ensemble des membres de la Municipalité de manière cohérente.

Pour permettre ce travail collectif, les principes suivants sont à respecter :

- Chacun doit apporter une information complète et claire sur l'ensemble des activités de son secteur. Pour cela, chaque membre de la Municipalité peut s'appuyer sur un membre de la Direction Génarale pour présenter un dossier ou une information en Commission d'adjoints.

- Chacun a le droit et le devoir de s'exprimer mibrement pour apporter son point de vue.

- Pour chaque question traitée, la décision prise, qu'elle soit collégiale, issue d'un vote ou de l'arbitrage du Maire en cas de différends, devient la décision de la Commission d'adjoint que chacun est tenu de respecter et de défendre à l'extérieur de la Mairie.

Cette unité d'actions résulte donc du fonctionnement bien compris du travail collectif et de l'exerce de la responsabilité individuelle de chaque élu, l'ensemble étant placé sous la direction du Maire.

Parallèlement, pour permettre une bonne exécution des décisions municipales, l'administration doit avoir une direction unique qui veille au respect par les services de toutes les décisions et des orientations municipales. Cette disposition permet aux élus de ne pas se transformer en chef de service et de s'en tenir à leur rôle d'orientation et non d'exécution de l'activité municipale.

Suivent deux pages plus techniques concernant le courrier, les groupes de travail, le rôle des adjoints, la direction générale des services et la communication...

Cette reprise en mains confirme les tensions apparues lors du vote et celles  qui se manifestent lors des réunions hebdomadaires de la commission d'adjoint où le (la) premier adjoint conteste volontiers certaines positions du maire. L'année promet d'être chaude !!!

Repost 0