Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

8 juin 2007 5 08 /06 /juin /2007 14:52
Les querelles internes à la droite dans la circonscription amènent à quelques procédés fort peu recommandables.
Sur les affiches du député sortant, un bandeau orange a été apposé : "100 % absent". Le procédé est bien sûr totalement illégal...  et on voit bien d'où il peut venir.
Un tract sans mention d'imprimeur - ce qui est aussi illégal - circule à Annecy. Sur papier bleu - la couleur de l'UMP - il attaque violemment le député sortant avec un argumentaire qui est exactement le même que celui de l'autre candidat de droite. Cerise sur le gâteau, il est présenté comme émanant d'électeurs UDF/MODEM fidèles à Bayrou. Ce que le MODEM, qui ne présente pas de candidat dans la 2ème circonscription, dément. On veut bien les croire, tant cela ressemble à un tract de L. Tardy.
Ce tract me rappelle une autre histoire de tract qui défraya la chronique en 1968.
Charles Bosson avait fait campagne sur le thème : "Pourquoi j'ai voté la censure"  (à de Gaulle). L'électorat ne le lui pardonna pas et, à l'issue du 1er tour, il était clair qu'il serait battu par son adversaire de droite J. Brocard.
Entre les deux tours, on vit fleurir à Annecy un tract anonyme libellé ainsi : " Votez Brocard   et sortez Bosson de la mairie ". Le tract fut attribué à J. Brocard qui jura ses grands dieux qu'il n'y était pour rien. Et c'était vrai, même si personne ne le crut à l'époque.
Le tract avait été conçu par l'équipe de Charles Bosson pour faire réagir les Annéciens contre J. Brocard. Pour d'évidentes questions de discrétion, il avait été imprimé à Genève, avait passé la frontière dans le coffre de la voiture du député sortant, et avait été distribué par une équipe venue de Savoie.
Charles Bosson perdit la circonscription mais resta majoritaire à Annecy. Et J. Brocard jeta son dévolu sur la mairie d'Annecy-le-Vieux, avant d'en être chassé par un dissident RPR : B. Accoyer.

Ces querelles à droite pourraient bien faire le jeu de la candidate socialiste  Claire DONZEL. Les électrices et les électeurs de gauche doivent se porter en masse sur son nom : c'est une occasion inespérée. Et si les vrais déçus du bossonisme, écoeurés des méthodes de son challenger de droite, veulent le changement dans la clarté et l'honnêteté politique, leur vote pour Claire DONZEL mettrait tout le monde d'accord.

Partager cet article

Repost0
7 juin 2007 4 07 /06 /juin /2007 15:08
Bernard Accoyer et la proportionnelle

 

PARIS (Reuters) - Bernard Accoyer, qui s'était prononcé contre toute forme de proportionnelle dans une tribune diffusée sur le site en ligne Rue89, a fait un rectificatif dans lequel il prône une large concertation sur ce sujet.

Le président Nicolas Sarkozy affirme jeudi dans Le Figaro ne pas être "fermé" à l'introduction d'une dose de proportionnelle. "Si un consensus se dégage en faveur d'une dose minoritaire de proportionnelle, nous en discuterons", dit-il.

Dans un communiqué, Bernard Accoyer, président du groupe UMP de l'Assemblée nationale, juge "indispensable" un débat sur le mode de scrutin pour les législatives.

"Le débat sur le mode de scrutin est un débat ancien dans notre pays. Il s'agit de trouver un mode de scrutin qui garantisse, d'une part, une majorité claire pour soutenir le gouvernement et, d'autre part, qui assure la représentation au Parlement de tous les grands courants de la vie politique", ajoute-t-il.

"Dans le cadre de l'ouverture voulue et engagée par le président de la République, Nicolas Sarkozy, la concertation et le débat vont s'ouvrir naturellement sur cette importante question", conclut Bernard Accoyer qui a annoncé mardi sa candidature à la présidence de l'Assemblée nationale.

Dans une tribune publiée auparavant par Rue89, et que le site précise avoir reçu mercredi, après avoir sollicité Bernard Accoyer, le député explique que la proportionnelle, si elle paraît séduisante pour son ouverture à de nombreuses sensibilités, "porte en elle le risque de confusion et de paralysie des institutions démocratiques, en empêchant les électeurs de désigner clairement leurs gouvernants".

Selon lui, "le scrutin proportionnel est celui du régime des partis, ainsi que l'a démontré l'histoire de la Quatrième République, régime des assemblées instables, des partis-charnières, des gouvernements à durée de vie limitée."

Bernard Accoyer ajoute que la proportionnelle tend également "à gonfler mécaniquement la représentation des extrêmes."

Il n'approuve pas non plus l'idée "d'instiller, pour employer le terme que l'on utilise lorsque l'on parle de poison", une petite dose de proportionnelle dans le mode de scrutin sans remettre en cause le fait majoritaire.

Un tel système, dit-il, reviendrait à "diviser la représentation nationale en deux catégories", d'un côté, "les députés du terrain s'occupant des Français, directement responsables devant les électeurs et, de l'autre, ceux des fauteuils rouges de l'hémicycle, choisis par les appareils partisans".

Bernard Accoyer est notamment en concurrence pour le "perchoir" de l'Assemblée avec le président sortant, Patrick Ollier, un autre député UMP.

Dans son interview au Figaro, Nicolas Sarkozy adresse une "pique" aux prétendants: "Avant de vous concurrencer pour savoir qui présidera quoi, peut-être serait-il plus judicieux de conquérir déjà la majorité" aux élections législatives, dit-il.

Commentaire: B. Accoyer est contre la proportionnelle ... sauf quand Sarkozy (pour des raisons purement électorales évidemment) l'envisage. Il avale alors la couleuvre et prône un large débat sur la question. C'est exactement la définition du député godillot. Et Sarkozy en voudrait 400 de ce modèle !!!

Partager cet article

Repost0
6 juin 2007 3 06 /06 /juin /2007 18:54
Que deviennent les déchets collectés par l'agglo ?

Déchets triés en 2006, avec () le tonnage en 2003
Emballages acier : 155 (132)  partent à Fos/Mer  et sont transformés en pièces pour moteurs.
Emballages alu : 12  (8) partent dans l'Oise et se retrouvent en pistons, culasses et pièces pour TGV.
Cartonnette et briques alimentaires : 1146  (430). Les cartonnettes partent dans la Drôme pour fabriquer des cartons d'emballages et du carton ondulé. Les briques alimentaires partent  Barcelonne et deviennent du paier cadeau et du papier absorbant.
Bouteilles et flacons en plastique: 388 (300) deviennent des bouteilles et flacons en plastique mais aussi des tuyaux et de la fibre textile (polaire, moquettes..).
Verre : 4700  (4155) part en Ardèche pour refaire des bouteilles.
Journaux, magazines : 3352  (1726)  partent dans les Vosges pour refaire du papier et des journaux.

Au total, les tonnages récupérés sont passés de 6751 tonnes en 2003 à 9753 tonnes en 2006, soit + 44 %. Pas mal !

Les déchets apportés en déchetteries
Les incinérables partent au SILA et font l'objet d'une valorisation énergétique (production de chaleur pour la ZAC de Champfleuri à Seynod).
Les encombrants partent en Isère et en Savoie pour être triés et valorisés.
Les déchets verts sont compostés à Perrignier (74).
Le bois part en Savoie et en Haute-Saône, il est transformé en panneaux de bois.
La ferraille part dans les Yvelines pour transformation.
Les cartons partent dans la Drôme et les Bouches-du-Rhône et redeviennent des cartons;
Les déchets spéciaux partent dans le Jura pour valorisation énergétique.

L'usine d'incinération de Chavanod a produit 6 949 000 kwh en électricité et 33 146 000  kwh sous forme de chaleur en 2006.

Le tri et le recyclage, ça marche. Il faut continuer. Pour diminuer les déplacements, il faudrait que les industriels du secteur investissent plus près de chez nous.

Partager cet article

Repost0
6 juin 2007 3 06 /06 /juin /2007 18:52
En 2005, un rapport préconisait le remodelage des circonscriptions avant les législatives de 2007
LE MONDE | 06.06.07 | 15h34  *  Mis à jour le 06.06.07 | 15h35


Les circonscriptions dans lesquelles les 577 députés s'apprêtent à être élus ne correspondent plus aux réalités démographiques de la France et auraient dû être remodelées avant les scrutins des 10 et 17 juin. Telles sont les conclusions d'un rapport que ni Dominique de Villepin ni Nicolas Sarkozy n'ont souhaité rendre public avant les échéances électorales, mais dont Le Monde s'est procuré une copie.
Le 4 mars 2005, M. de Villepin, alors ministre de l'intérieur, constitue un groupe de travail et lui assigne la mission de " préciser la portée juridique de l'obligation de procéder au remodelage (des circonscriptions législatives et des cantons), puis de définir une méthode afin que, s'il était décidé, ce remodelage soit mené dans le respect d'une triple exigence de neutralité, de transparence et d'équité". Présidé par le conseiller d'Etat Pierre Bordry, le groupe de travail remet son rapport le 1er juin 2005 à Dominique de Villepin - devenu premier ministre - et au nouveau locataire de la Place Beauvau, Nicolas Sarkozy. Depuis, le rapport est resté dans un placard, malgré la recommandation du groupe de travail de le rendre public et de " consulter sur cette base les principales organisations politiques avant de déposer le projet de loi d'habilitation". Et pour cause, c'est un sujet sensible.

Pour tenir compte de l'évolution démographique depuis la dernière loi électorale de 1986, le rapport préconise en effet que 18 départements "surreprésentés" à l'Assemblée nationale - dont Paris et le Nord - perdent un à deux sièges et qu'au contraire, 17 départements "sous-représentés" - dont la Seine-et-Marne et la Gironde - en gagnent un à deux. A titre d'exemple, le député de la circonscription la plus peuplée du Val-d'Oise représente 188 000 électeurs quand celui de la circonscription la moins peuplée de Lozère n'en représente que 34 000.

"PEU COMPATIBLES"

Ni Dominique de Villepin ni Nicolas Sarkozy n'ont voulu prendre le risque d'ouvrir le chantier du remodelage des circonscriptions avant les législatives (Le Monde du 17 février 2005). L'ancien président du Conseil constitutionnel, Pierre Mazeaud, avait pourtant menacé d'invalider les résultats des circonscriptions qui lui seraient déférées. Après les législatives de 2002, le Conseil avait déjà souligné que depuis 1986, " deux recensements généraux intervenus en 1990 et 1999 (avaient) mis en lumière des disparités de représentation peu compatibles" avec le principe constitutionnel selon lequel " l'Assemblée nationale (...) doit être élue sur des bases essentiellement démographiques".

La loi électorale de 1986 précise que les écarts de population entre circonscriptions ne doivent en aucun cas aboutir à ce qu'une circonscription dépasse de plus de 20 % la population moyenne des circonscriptions du département. Or le rapport relève que, sur la base du recensement de 1999, 25 circonscriptions ont un écart à la moyenne départementale supérieur à + 20 %. Ainsi de la 2e circonscription du Val-d'Oise (+ 53 ,2%) ou de la 6e circonscription de la Haute-Garonne (+ 32,6%). A l'inverse, 11 circonscriptions ont des écarts négatifs supérieurs à 20 % : 2e circonscription du Var (- 42,4 %) ou 8e circonscription de la Haute-Garonne (- 29,3 %). Au total, 41 départements et collectivités d'outre-mer sont concernés par des " déséquilibres majeurs" entre circonscriptions, soit 40 %. " La combinaison de ces écarts entre circonscriptions avec les disparités de représentation entre départements rend de moins en moins théorique le risque de voir un parti ou une coalition minoritaire en voix recueillir une majorité de sièges à l'Assemblée nationale", souligne le rapport.

Pour remodeler les circonscriptions, le rapport propose de maintenir le nombre de sièges à 577, mais de retenir comme valeur cible un écart maximal de 10 % par rapport à la moyenne départementale. Selon la méthode de répartition par tranches de population, un siège de député serait attribué par tranche de 116 200 habitants et non plus de 108 000, comme c'est le cas depuis 1986. En revanche, le rapport ne remet pas en cause la règle selon laquelle un département ne peut avoir moins de deux députés. Au total, ce sont donc 35 départements qui doivent perdre ou gagner des sièges. Un chiffre qui sera encore supérieur si le gouvernement ouvre enfin le chantier du remodelage, car il devra s'appuyer sur le recensement de 2008.

Stéphane Mandard
CHIFFRES
35 DÉPARTEMENTS CONCERNÉS PAR LE REMODELAGE :

17 DOIVENT GAGNER DES DÉPUTÉS

+ 2 sièges : Haute-Garonne, Seine-et-Marne et Réunion ;

+ 1 siège : Ain, Gard, Gironde, Hérault, Ille-et-Vilaine, Isère, Loiret, Savoie, Haute-Savoie, Var, Vaucluse, Val-d'Oise, Mayotte, Polynésie.

18 DOIVENT EN PERDRE

- 2 sièges : Nord et Paris ;

- 1 siège : Allier, Charente, Indre, Marne, Moselle, Nièvre, Pas-de-Calais, Hautes-Pyrénées, Haute-Saône, Saône-et-Loire, Seine-Maritime, Deux-Sèvres, Somme, Tarn, Seine-Saint-Denis et Val-de-Marne.

Article paru dans l'édition du 07.06.07

Partager cet article

Repost0
6 juin 2007 3 06 /06 /juin /2007 18:42
S'il fallait une confirmation que certaines organisations présentent des candidats aux législatives uniquement pour toucher la manne de l'Etat, il suffirait de regarder les candidatures aux législatives dans le Chablais.
La candidat de 'La France en action' habite à Cran-Gevrier, tout comme le suppléant du PRG. Le candidat de LO habite dans le canton de Cruseilles. Le candidat CPNT réside le plus souvent dans l'Ain. La palme revient au candidat du 'Trèfle' qui habite  ... Marseille et ce n'est pas une galéjade!!!

Partager cet article

Repost0
5 juin 2007 2 05 /06 /juin /2007 11:38

En cette période électorale, il n'est peut être pas mauvais de rappeler quelques réalités haut-savoyardes.

LA HAUTE-SAVOIE ADMINISTRATIVE 
4 arrondissements, 34 cantons, 294 communes, 192 syndicats intercommunaux, 2 communautés de communes, 1 communauté d'agglomération...  et 5 circonscriptions législatives.

POPULATION
1990 : 568 638              1999 : 631 547                 estimation 2006 : 689 000  habitants
Croissance d'environ 8 000 personnes par an.

Structure de la population :
 0-19 ans : 26 %     20-39 ans : 27 %     40-59 ans : 28 %     60-79 ans : 15 %     80 ans et + : 3 %

LOGEMENT (1/1/2006)
284 582 résidences principales        107 709 résidences secondaires       
33 500 logements locatifs sociaux (49 pour 1000 habitants contre 67 en moyenne nationale !)
14 593 demandes de logement locatif social non satisfaites ( + 14 % en 5 ans)

ENSEIGNEMENT (rentrée 2006)
166 écoles maternelles, 483 écoles élémentaires  :  75 687 élèves
69 collèges et 12 SEGPA     :   37 793 élèves
28 lycées d'enseignement général, 19 lycées professionnels : 23 497 élèves
Total : 136 977 élèves.
Enseignement supérieur : plus de 10 000 étudiants
IUT d'Annecy le Vieux : 2012 - Polytech'Savoie  : 911  -  ITII : 177  -  IMUS : 1614
BTS, prépas, IUFM,ENILV,IPAC, Ecole des Gobelins, Ecoles d'infirmières, Ecole d'Arts, Conservatoire natinal de région ...

RECHERCHE
LAPP, IN2P3, labos de l'IUT, de Polytech..., CT DEColletage, THESAME, C4I, Labo pharmapeptides...

EMPLOI (janvier 2005)
196 201 salariés du secteur privé répartis en emplois de service 44 % - industrie 29 %  - BTP  8 %  - Commerce 19 %
Frontaliers 45 000  (plus de 50 000 en 2007)
Chômage : 6 % au 4ème trimestre 2006 contre 7,6 en Rhône-Alpes et 8,8 en France.

AGRICULTURE
6 300 équivalents temps plein dont 3900 équivalents temps plein  chefs d'exploitation

INDUSTRIE (1/1/2006)
2 576 établissements de production et 55 202 salariés dont 27 534 dans la métallurgie, 13 184 dans les biens d'équipement, 7 771 dans les biens de consommation et 6 404 dans l'agro-alimentaire.
Etablissements de + de 50 salariés  : 4, 9 %  -   10 à 50 salariés : 17,9 %  -  1 à 9 salariés :  77,2 %
Décolletage :  63 % du décolletage français en chiffre d'affaires et 20 % des entreprises industrielles 74.
700 entreprises sous-traitantes. 60 % des enteprises travaillent pour l'automobile.

ARTISANAT (1/1/2007)
13 856 entreprises dont 1054 en alimentation , 3 145 en production, 6 313 dns le bâtiment et 3 344 dans les services.
32 800 salariés en 2005   -   2 342 apprentis en 2006

BATIMENT - TRAVAUX PUBLICS (1/1/2006)
2 666 établissements et 16 306 salariés.  - 

COMMERCE (1/1/2006)
5 104 établissements et 37 651 salariés. Principaux secteurs : culture/loisirs  24,6 %  -  alimentation 20,7 %  - hygiène/santé  16 %  - équipement de la personne  13, 7 %  - autos/motos/cycles  13,5 %  - équipement de la maison  11, 5  %.

SERVICES  (1/1/2006)
11 933 entreprises et  85 577 salariés répartis ainsi  :  services aux entreprises 29 %  - aux particuliers  26,6 %  - éducation/santé  17 %  - transports  11,6 %  - associations et organismes 5 %

TOURISME 
612 600 lits en 2004.
168 campings, 754 hôtels, 1170 gîtes ruraux, 39 résidence de tourisme, 103 chambres d'hôtes, 161 refuges et gîtes d'étapes.
50 stations de sports d'hiver, 763 remontées mécaniques, 41 sites de ski de fond.
21 ports de plaisance, 47 plages, 3 stations thermales, 12 terrains de golf.
36 millions de nuitées en 2005 dont 55 % l'hiver.

COMMERCE EXTERIEUR
40 % des salariés de l'industrie travaillent directement pour l'export. Principaux clients : Suisse, Italie, Allemagne, USA. Importations : Italie, Allemagne, Suisse, Roumanie.

VOIES DE COMMUNICATIONS
180 km d'autoroutes
Route nationale (après la décentralisation) : Le Fayet - tunnel du Mont Blanc
Routes départementales : 2940 km

 

 

Partager cet article

Repost0
5 juin 2007 2 05 /06 /juin /2007 11:25
B. BOSSON, UDF rallié à Sarkozy, a de gros problèmes avec ses ex-suppléants.  P. Hérisson - le sénateur maire de Sévrier qui trouve que Sévrier n'est plus à sa hauteur et vise la mairie d'Annecy - son ex-suppléant préside le comité de soutien à L. Tardy, l' UMP non investi par l'UMP. 
Voici désormais F. Camusso qui s'en mêle.
Françoise Camusso, maire de Seynod, conseillère générale, ex-UDF ralliée à l'UMP dès sa création,  est la suppléante sortante de B. Bosson. Elle se lâche aujourd'hui dans la presse locale et déclare "ne pas apporter son soutien à B. Bosson". Raison de ce coup de colère : le choix de Bosson pour son suppléant. Comme je l'ai déjà indiqué, le choix de T. Bree, chef de cabinet de Bosson à la mairie, est en effet curieux. A la différence de B. Bosson, T. Bree prétend (prétendait ?) pencher plutôt à gauche et recherche les contacts avec la gauche seynodienne pour constituer une liste pour les municipales... contre F. Camusso.
La guerre fait donc rage au sein de la droite. Une chance à saisir pour la gauche et la candidate socialiste Claire DONZEL, bien épaulée par Jean BOUTRY, le maire de Cran-Gevrier.

Partager cet article

Repost0
2 juin 2007 6 02 /06 /juin /2007 17:45

NANTES (Reuters) - Dominique Voynet a salué vendredi à Orvault, près de Nantes, "la gauche durable, qui sait travailler en bonne intelligence", lors d'un meeting de soutien à François de Rugy, candidat des Verts aux législatives dans la première circonscription de Loire-Atlantique.

Hormis celles des trois députés Verts sortants - Noël Mamère en Gironde, Martine Billard et Yves Cochet à Paris- cette circonscription est la seule de France où le PS ne présentera pas de candidat face aux Verts au premier tour, en vertu d'un accord départemental.

"Vous avez une gauche d'avance, vous avez démontré la fécondité d'une alliance respectueuse", a lancé l'ex-candidate des Verts à l'élection présidentielle devant 200 personnes, à l'attention des fédérations PS et Verts de Loire-Atlantique.

"Ici, c'est un peu le laboratoire de la gauche que nous appelons de nos voeux", a ajouté à la tribune Jean-Marc Ayrault, président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale et député-maire de Nantes, dont le suppléant de François de Rugy est l'un des proches collaborateurs.

François de Rugy est lui-même adjoint aux transports de Jean-Marc Ayrault à la mairie de Nantes. Il est également l'un de ses vice-présidents à la communauté urbaine Nantes Métropole.

"Nous sommes peut-être des précurseurs de la nécessaire rénovation de la gauche", a espéré Jean-Marc Ayrault, qui "aurait souhaité que cela soit un accord national".

Les Verts ont rejeté le 13 mai les propositions du Parti socialiste, qui voulait leur réserver quatorze circonscriptions (dont les trois de leurs députés sortants) en demandant un désistement automatique au second tour.

Outre la première circonscription de Loire-Atlantique et celles des trois députés Verts sortants, le PS a décidé de ne pas présenter de candidat dans la 9e des Alpes-Maritimes, réservée à un candidat qui se présente au nom des Verts mais qui n'est pas membre du parti.

Partager cet article

Repost0
2 juin 2007 6 02 /06 /juin /2007 10:48
anti_bug_fckNous sommes bien entrés en Sarkozie. La plupart des familles de demandeurs d'asile hébergées en hôtel sur  Annecy ont reçu un courrier de la DDASS leur enjoignant de quitter leur chambre d'hôtel début juillet. Que vont-elles devenir ? La lettre contient deux recommandations :
- s'adresser au 115 (1) pour le logement  (les D.A. sont alors considérés comme des SDF)
- solliciter l'aide au retour.

Bref, on voit bien la manoeuvre. Il s'agit de faire basculer ces familles de la précarité à l'exclusion pour qu'elles quittent d'elles-mêmes le territoire. IL FAUT REAGIR.
Réseau Education Sans Frontières  avait déjà prévu un pique-nique sur le Pâquier le mercredi 13 juin à 12 h. Chacun(e) est invité(e).


(1) appeller le 115 pendant le week-end est très instructif. Vous tombez sur un répondeur qui vous indique que le 115 ne fonctionne pas avant 19h les samedis, dimanches et jours de fêtes. Il ajoute que vous pouvez vous rendre à l'abri St Christophe à partir de 17 h mais qu'il n'y a pas forcément une place !!!

Partager cet article

Repost0
1 juin 2007 5 01 /06 /juin /2007 18:58
Vous pouvez visionner la vidéo de soutien de Ségolène ROYAL à Claire DONZEL candidate socialiste dans le 2ème circonscription et à Ali HARABI, candidat dans la 4ème en cliquant sur le lien :  vidéos de la campagne en Haute-Savoie.

Partager cet article

Repost0