Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

15 décembre 2007 6 15 /12 /décembre /2007 17:05

Le « groupe de liaison et d'échanges de la gauche et des écologistes » créé lors de la réunion du 13 novembre, comprenant le Mouvement Républicain et Citoyen, le Parti Communiste Français, le Parti Radical de Gauche, le Parti Socialiste et Les Verts s'est réuni de nouveau comme prévu mardi 11 décembre pour aborder les sujets d'actualité. 

L'ensemble des partis présents s'est accordé sur une déclaration commune : « Les partis présents ont fait le constat commun d'un échec du président de la république et de sa majorité, dont la politique se caractérise sur la forme par une grande brutalité et une absence de concertation, par exemple sur la carte judiciaire, et sur le fond par la mise en cause de notre modèle social, par exemple sur la fiscalité ou les retraites, et la remise en cause du temps et du droit du travail.

 

Nicolas Sarkozy s'était autoproclamé « président du pouvoir d'achat. » Il en avait fait un axe de sa campagne électorale. Aujourd'hui, plus de six mois après son élection, cette promesse n'a été tenue que pour une poignée de Français : les plus favorisés, au travers du « bouclier fiscal » et de la suppression de la quasi-totalité des droits de succession qui bénéficie surtout au 5% des plus riches.

 

Pour tous les autres, tout a augmenté, sauf les revenus. La grande majorité des salariés a été privée de toute progression de pouvoir d'achat, le SMIC n'a pas été relevé pour la première fois depuis de nombreuses années. Les retraites n'augmenteront que de 1,1% en 2008, soit deux fois moins que l'inflation. Les précaires, les chômeurs, les allocataires des minima sociaux et les handicapés ont vu leur situation se dégrader depuis sept mois. Le MEDEF continue à faire pression sur les rémunérations et à précariser toujours plus les contrats de travail. La détaxation des heures supplémentaires ne règle en rien la question du niveau des salaires et ne concernera qu'une petite minorité. La politique de Nicolas Sarkozy, c'est gagner moins pour payer plus.

 

Dans le même temps, la qualité de la vie est dégradée par la hausse du poids des dépenses fixes (logement, assurance, remboursements de crédit), qui grève le pouvoir d'achat et détériore la qualité de la vie.

 

Pour la majorité des Français, le pire reste à venir : le gouvernement ne prévoit rien pour les salaires, rien pour les pensions de retraite, rien contre la flambée des prix. Par contre, il prépare une nouvelle aggravation de la précarité, la suppression des 35 heures et la remise en cause de la réduction du temps de travail et une série de hausse de taxes : franchises médicales et redevance télévisuelle pour les personnes pour l'heure exonérées. Le Chef de l'État a fait des annonces pourtant sur des mesures dont les effets seront lointains et aléatoires, donc incertains.

 

Face à cette situation, les partis de gauche et écologistes demandent la mise en œuvre de mesures d'urgences et structurelles destinées à améliorer rapidement le pouvoir d'achat. 

Pour augmenter les revenus, ils proposent l'augmentation immédiate de la prime pour l'emploi de 50 %, une augmentation immédiate du SMIC, l'ouverture d'une conférence nationale sur les salaires visant une augmentation générale des rémunérations, à une lute contre le temps partiel subi et un progrès significatif de l'égalité salariale hommes/femmes, la sécurisation des parcours professionnels la mise en œuvre d'un plan de rattrapage des traitements dans la fonction publique, la revalorisation immédiate des petites retraites et l'amélioration des conditions de travail et contractuelles des salariés précaires.

 

Pour faire baisser les prix des produits alimentaires, ils proposent de répercuter les marges obtenues par la grande distribution sur les producteurs en faveur des consommateurs te l'adoption d'une incitation fiscale pour faire baisser les prix des produits alimentaires de première nécessité et rapprocher les lieux de production des consommateurs.  

Pour diminuer le coût du logement, ils proposent un encadrement des loyers pour l'année 2008 en indexant sur le seul coût de la vie, une politique d'isolation énergétique des logements, la création d'un service public de la caution, le respect de la loi obligeant les communes à avoir 20% de logement sociaux.  

Pour maîtriser le coût de l'énergie, ils proposent de maintenir l'évolution des tarifs du gaz et de l'électricité dans le cadre de l'inflation, de généraliser le « chèque transport » pour aider les salariés dans leurs déplacements, financé par une taxe sur les superprofits des compagnies pétrolières.  

Les partis de gauche et écologistes demandent que des incitations fermes soient prises en faveur d'un gouvernement économique de la zone euro et d'une initiative européenne pour le financement d'investissement de long terme (rechercher, formation, ferroutage, économie d'énergie et énergie renouvelable) et d'une baisse des taux d'intérêts de la BCE comme c'est le cas aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne. 

Avec les leviers dont la gauche dispose aujourd'hui, elle s'engage sans se substituer à l'Etat à prendre des initiatives pour le pouvoir d'achat et améliorer la qualité de vie. 

S'agissant de la réforme constitutionnelle préalable à la ratification du traité de Lisbonne, ceux des partis de gauche et écologistes qui ont exigé un référendum rappellent leur position.  

Les élections municipales et cantonales de mars 2008 vont être un rendez-vous essentiel pour donner plus de force à l'opposition à la politique menée par le président de la République et sa majorité et pour faire barrage à sa mise en œuvre dans les communes et départements. Les partis présents travaillent dans le respect des positions de chacun au rassemblement le plus large des forces de gauche et écologistes, autour de projets politiques clairs pour battre la droite, faire gagner la gauche et permettre des gestions favorables aux intérêts des citoyens ».

La prochaine réunion du groupe de liaison est prévue pour le 22 janvier. Les participants aborderont les questions des institutions, des OGM et de la réforme du code du travail. Dans l'intervalle, des groupes ad hoc sont d'ores et déjà mis en place. 

Partager cet article

Repost 0

commentaires