Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

24 avril 2007 2 24 /04 /avril /2007 14:25

L'extrême-droite: elle chute considérablement, plus encore en Haute-Savoie qu'au niveau national. En Haute-Savoie , en 2002, Le Pen était en tête dans 200 communes, il est aujourd'hui 4ème à peu près partout. A Cluses et Scionzier où il atteignait 30 et 32  %, il tombe à 13 et 14 %. La raison me semble triple :

1) la formidable mobilisation entraîne mécaniquement une baisse en pourcentage

2) la "lepenisation" des esprits est banalisée à droite et Sarkozy a réussi en partie son OPA sur  cet électorat

3) des électeurs ont voté 'utile' (Sarkozy) après avoir constaté en 2002 que leur chef n'irait jamais à l'Elysée

De Villiers, malgré le débauchage de certains cadres, n' a pas réussi à capter une partie de l'électorat lepéniste.

L'extrême-gauche trostkyste: contrairement à beaucoup, je ne pense pas que son recul soit dû au vote utile en faveur de Ségolène ROYAL. En 2002, elle avait bénéficié d'un vote inhabituel qui n'était pas d'adhésion mais d'avertissement , voire de "leçon" envers Jospin. Elle retrouve aujourd'hui ses scores habituels, notamment ce qu'elle obtient aux élections législatives et locales, avec quelques transferts entre LO et LCR. Elle a d'ailleurs bien compris que même ses électeurs de 2007, pour la plupart, n'ont pas adhéré à ses fondamentaux, tout au plus à certains slogans  faciles et démagogiques. La preuve : l'appel à voter Ségolène ROYAL d'A. Laguiller et à battre Sarkozy de la LCR.

L'alter-mondialiste José Bové : tout le monde a compris que c'est surtout son égo démesuré qui l'a poussé à se lancer dans cette campagne. Il ne pouvait pas réussir à faire passer un message unitaire avec déjà 4 candidats 'à la gauche de la gauche' et une écologiste.

Le PCF : la descente aux enfers se poursuit. Le parti n'a plus de crédibilité. Le grand écart entre la participation au gouvernement de gauche et la critique systématique des socialistes ne passe plus. Avec une partie des troupes  faisant campagne pour Bové et la LCR, pour ne rien arranger.

Toutes ces formations ont commis la même erreur d'analyse : croire que le non au référendum européen était un vote d'adhésion. Elles ont toutes voulu en tirer le bénéfice. Mais ce n'était qu'un vote de défiance sans lendemain, faute de perspectives crédibles.

Les Verts : contrairement à ce qu'ils déclarent, ils n'ont pas été 'victimes' du vote utile, en faveur de S. Royal, du moins pas principalement.  Leur électorat a toujours été très volatil et la présidentielle ne leur est jamais très favorable. Ils n'ont pas vu venir le piège Hulot. Hulot fait signer son pacte par 10 candidats sur 12. Pour l'opinion publique il n'y a plus nécessité de voter pour une candidate écolo, tous les grands partis s'affichent écologistes. Et puis, il leur faut balayer devant leur porte. En Haute-Savoie, un des fondateurs des Verts, le seul qui est maire d'une commune, n'a même pas apporté son parrainage à D. Voynet, à un moment où elle n'était pas sûre de pouvoir être candidate. Une ancienne responsable était la porte-parole de J. Bové. Nous connaissons tous des militants Verts qui ont voté 'utile' ... pour F. Bayrou.  

L'UDF : incontestablement, Bayrou a réussi à faire croire à beaucoup qu'il était le meilleur candidat anti-sarkozy.  Son électorat traditionnel tourne autour de 8-10 %, un peu plus en Haute-Savoie, ancienne terre centriste, une des rares à avoir encore deux parlementaires UDF. Nous connaissons tous des électeurs socialistes, verts ... qui ont fait ce choix, et même quelques militants !!! Ils devraient sans problème revenir à leur conviction première.

Pour gagner, il va falloir en convaincre quelques autres, parmi les centristes de conviction.

Il n'y a pas grand chose à attendre des élus UDF (maires, conseillers généraux, députés). Ils ne veulent, ni ne peuvent se déclarer contre Sarkozy sans encourir les représailles de l'UMP lors des prochaines élections, surtout en Haute-Savoie. Même si les plus lucides savent que l'élection de Sarkozy marquera l'échec définitif de la stratégie Bayrou : ils auront le choix entre rejoindre l'UMP où végéter sans peser, comme actuellement.

Le cas est différent pour d'autres et même pour des élus municipaux élus sur des listes de droite. Ainsi à Annecy, des conseillers municipaux de la liste Bosson nous déclarent, en privé, voter S. ROYAL au 2è tour, non par adhésion à son pacte présidentiel,  mais pour faire barrage à Sarkozy, jugé dangereux par beaucoup de démocrates. Iront-ils jusqu'à l'affirmer publiquement ??? 

L'UMP : son candidat a réussi son OPA sur une partie des électeurs de Le Pen, en se lepenisant lui-même. Il n'a d'autre choix que de continuer ses contorsions pour attirer à la fois d'autres électeurs de Le Pen et des centristes. A nous de démonter cette mécanique contradictoire.

Le PS : notre candidate a gagné la demi-finale et accède à la finale. Elle retrouve le score de Jospin en 1995. Il semble bien qu'une partie de l'électorat populaire, ouvrier, qui nous avait fait défaut en 2002 est revenu sur ses bases traditionnelles. Ainsi à Cluses, S.ROYAL dépasse les 20 % quand Le Pen chute à 13 %. Le cas n'est pas isolé.

ET  MAINTENANT ? COMMENT GAGNER ?

La gauche étant rassemblée derrière S. Royal, il nous faut reconquérir les voix ouvrières qui se sont encore portées sur Le Pen par désenchantement. Pour cela, nous devons mettre en avant les propositions économiques et sociales du pacte présidentiel.

Et puis, bien sûr, il nous faut récupérer l'essentiel des voix qui se sont portées sur Bayrou. Cela devrait être facile pour celles et ceux qui avaient fait un choix tactique anti-sarkozy.

Pour les autres, nous avons quelques arguments. Pour l'électorat chrétien, important en Haute-Savoie, nous pouvons nous appuyer sur la déclaration de la conférence des évêques de France : "Qu'as-tu fait de ton frère ?" Ce texte est à l'opposé des propos, des lois et de la pratique de Sarkozy, Ministre de l'intérieur. 

Pour l'électorat humaniste, le discours de S. Royal sur les valeurs passe bien et nous pouvons jouer sur le rejet de Sarkozy, de l'état UMP et de ses pratiques.

Et puis n'oublions pas que cet électorat est très pro-européen et qu'il attend des propositions pour remettre l'Europe en marche, notamment pour la prochaine présidence française. 

                                                                                                                                                 Jean EXCOFFIER

                                                                                                                                                 Conseiller municipal Annecy

                                                                                                                                                 Conseiller communautaire

L'actualité de la campagne présidentielle, les argumentaires et déclarations, c'est sur le blog :

http://74segolenepresidente.over-blog.org/

Partager cet article

Repost 0
Published by EXCOFFIER Jean - dans Actualité départementale
commenter cet article

commentaires

EXCOFFIER Jean 25/04/2007 12:21

J'essaie d'être lucide et je ne vois pas l'intérêt de jouer à un "embrassons-nous Folleville" des plus hypocrites et qui ne trompe personne. Nous avons le devoir d'être clair avec chacune et chacun. je suis prêt à débattre point par point de ce qui t'a choqué.

Denis Duperthuy 25/04/2007 10:15

Bonjour Jean, j'avoue ne pas adhérer totalement à ton analyse et surtout trouver le traitement que tu fais aux partis qui ont apporté leur soutien à Ségolène quelque peu "étrange". J'avoue ne pas comprendre...

EXCOFFIER Jean 25/04/2007 10:12

Il me semble que par sa démarche participative dans l'élaboration de son pacte, Ségolène ROYAL a déjà démontré sa capacité d'écoute et de prise en compte des propositions de ses interlocuteurs.

Jean Michallon 25/04/2007 08:54

Il est vital que Sarkozy soit battu. Ségolène ne pourra être élue sur son seul programme - encore moins sur celui du PS ! Quelles propositions doit-elle et peut-elle faire pour montrer qu'elle est capable de tenir compte des "sensibilités" hors PS?
Et promettre ensuite de ne pas faire comme Mitterand et Chirac : "Vous avez voté pour moi donc vous approuvez TOUT mon programme !"

Jean-Jacques PASQUIER 24/04/2007 21:04

Merci pour ce commentaire lucide et impartial que j'ai lu avec intérêt